Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
762

OIT : Initiative du centenaire sur l’avenir du travail - audition 17 décembre 2015

lundi 21 décembre 2015

La commission 144 de l’OIT s’est rassemblée le jeudi 17 décembre 2015 autour du sujet : « l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi et les conditions de travail ». L’UNSA y était représentée par Thomas Petit.

La commission a procédé aux auditions du philosophe Bernard Stiegler, de Vincent Mandinaud de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) et à des spécialistes de la Direction Générale du Travail.

Il ressort des auditions que la société doit se préparer à une mutation majeure de l’organisation de l’emploi. Que ce soit en raison de l’automatisation ou des nouvelles technologies de communication, les activités répétitives pour un employeur donné seront de plus en plus rares remettant en question le salariat à moyen terme (3 millions d’emplois seraient détruits d’ici 2025 selon le rapport de Rolland Berger).

De nouvelles formes d’organisation doivent être pensées pour garantir à la fois la pérennité des productions utiles, une redistribution permettant aux travailleurs de garder et même d’améliorer leurs compétences, y compris pendant les périodes non travaillées, et de bonnes conditions de travail.

Bernard Stiegler va ouvrir trois chaires de recherche concernant ces évolutions pour lesquelles il appelle à des propositions de sujets de thèse.

Il va aussi faire une expérience à Saint-Denis d’une nouvelle forme d’organisation du travail et de la répartition des revenus qui permettrait de mieux mobiliser les ressources et de prendre en compte les créations de valeur qui ne se voient pas dans les indicateurs d’aujourd’hui.

L’UNSA a posé la question du rôle des syndicats dans ce paysage non exploré. La création d’un syndicat des chauffeurs Uber semble être une piste intéressante. Le passage d’une relation salariée à une relation commerciale par l’employeur est l’un des problèmes posés par les nouvelles technologies. La solution d’une extension du statut des intermittents du spectacle est avancée.

L’objectif doit changer : désormais, les États devraient avoir pour objectif de minimiser les empêchements à utiliser et améliorer les capacités de chacun. Les questions de financement ou de distribution ne sont pas encore réglées mais pourraient passer par les monnaies complémentaires ou le revenu d’existence par exemple.

De nouvelles formes de protection sociale et de leur financement devront rapidement être trouvées.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa