Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
708

Réunion du TUAC sur les politiques économiques

lundi 20 octobre 2014

L’UNSA a participé aux travaux de la Commission syndicale consultative (TUAC) auprès de l’OCDE sur les politiques économiques.

Cette réunion, qui s’est tenue à Paris les 13 et 14 octobre dernier, a permis de débattre du plan d’action de l’OCDE concernant l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices des entreprises multinationales, une proposition syndicale de modélisation d’une reprise économique tirée par les salaires et l’investissement public, les recommandations de l’OCDE en matière de politiques structurelles, l’initiative de l’OCDE « Nouvelles approches face aux défis économiques » (NAEC) et surtout de procéder à un examen de la situation économique, financière et de l’emploi ainsi que du projet de déclaration du L20 (groupe des travailleurs) à l’intention des dirigeants du G20 qui se réuniront à Brisbane les 15 et 16 novembre prochain. Il se confirme que l’économie mondiale est sur une mauvaise pente. Ainsi les prévisions de croissance sont sans cesse revues à la baisse. Les économies des pays avancés stagnent tandis que celles des pays émergents se tassent.

Dans de nombreux pays, les politiques budgétaires se contractent, le chômage augmente, les salaires baissent, les inégalités se creusent et le travail informel sévit. A cela s’ajoutent les « fonds vautours » comme en Argentine dont les agissements démontrent le déficit de réglementation après la crise financière. Face à cette situation, le projet de déclaration du L20 revendique une action des membres du G20 pour une croissance durable et des emplois de qualité. A cet égard, le texte rappelle l’engagement pris en février par les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales de relever le PIB de plus de 2% au-dessus de la trajectoire induite par les politiques menées au cours des cinq dernières années. Pour le L20, une nouvelle approche doit être adoptée. Les investissements publics doivent être plus importants pour permettre une relance de la croissance à la fois inclusive et créatrice d’emplois ayant pour but de parvenir à un développement économique solide et durable. Il souligne le rôle de premier plan du G20 sur le changement climatique et la croissance verte. Il est impératif que le G20 s’engage en faveur d’un plan ambitieux et équitable de réduction des émissions de CO2 pour garantir le succès des négociations multilatérales sur le climat qui se dérouleront à Paris en 2015. Le L20 demande au G20 de donner un nouvel élan à la fiscalité et la régulation financière, de faire en sorte que les échanges commerciaux et les chaînes d’approvisionnement contribuent à la création d’emplois décents.

Enfin le L20 insiste sur la nécessité pour les membres du G20 d’honorer leurs engagements et d’améliorer la coordination entre les réunions ministérielles, (en particulier Emploi et Finances) et entre eux. A noter, l’annonce importante d’un changement de « logiciel » par le département des affaires économiques de l’OCDE.

http://www.tuac.org/fr/public/tuac/index.phtml

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa