Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
671

La concertation sur le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement prend forme

lundi 2 décembre 2013

Vendredi 29 novembre 2013, l’UNSA représentée par Martine Vignau, secrétaire nationale, a participé au lancement par le Premier ministre de la concertation sur le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement.

En se saisissant de la question du vieillissement de la population, le gouvernement ouvre un grand chantier qui reposera sur trois piliers : l’anticipation, l’adaptation de notre société et l’accompagnement de la perte d’autonomie afin de permettre aux personnes âgées de rester chez elles le plus longtemps possible dans les meilleures conditions.

Ce projet de loi visant à mettre en place un parcours d’autonomie se fera en deux temps : La première étape consistera à examiner toutes les propositions améliorant les conditions de maintien à domicile et les droits des personnes. Dans un deuxième temps, la question de l’accompagnement et de la prise en charge en établissement sera examinée. En dépistant des fragilités et des pathologies chroniques, en facilitant l’accès aux aides techniques telles que les barres d’appui, les bandes anti-chutes et en luttant contre l’isolement, la prévention de la perte d’autonomie prend tout son sens et permet d’anticiper ou de retarder des situations de dépendance. Par ailleurs, le gouvernement a la volonté d’adapter la société notamment dans le domaine du logement, des transports afin de mieux répondre aux besoins des personnes âgées. Changer le regard sur le vieillissement fait également partie des objectifs car il n’est pas possible de négliger l’apport de la génération des seniors à la société. Les retraités ont un rôle important dans le monde associatif et mériteraient un statut de bénévole clairement identifié.

En ce qui concerne l’accompagnement de la perte d’autonomie, plusieurs points seront à travailler pendant la période de concertation, à commencer par une réforme de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) afin d’améliorer l’accessibilité de l’aide, de renforcer l’aide à domicile et de réduire le reste à charge. La situation de l’aidant, pivot du maintien à domicile, nécessite une réflexion et des décisions pour lui permettre un « droit au répit » et également concilier vie professionnelle-vie familiale. Le soutien à domicile exige aussi une qualité d’accompagnement qui repose essentiellement sur des personnels formés, reconnus et valorisés dans leurs missions.

L’UNSA prendra toute sa place dans la concertation mise en place afin de relever le défi du vieillissement de la population.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa