Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
667

La CES veut un changement de cap, les chefs d’État et de gouvernement continuent sur la même voie

mardi 5 novembre 2013

L’UNSA a participé au comité exécutif de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui s’est réuni à Bruxelles les 22 et 23 octobre dernier. Le comité exécutif a adopté une déclaration en vue du Conseil européen des 24 et 25 octobre et a approuvé des résolutions qui ont été reprises lors du Sommet social qui s’est tenu juste avant le Conseil.

« L’urgence d’un plan de relance européen » tel est le titre de la déclaration et la revendication prioritaire de la CES. Pour combattre la crise, les chefs d’Etat et de gouvernement des 28 Etats membres et les institutions européennes ont mis en œuvre des politiques d’austérité brutales et une course au moins disant social (salaires, protection sociale, conditions de travail). Selon la CES, cela a eu pour effet d’exacerber la crise, de détruire les structures économiques opérationnelles, de réduire la consommation, d’augmenter les inégalités et la pauvreté, d’altérer les niveaux de salaire, d’accroître le chômage de manière dramatique et de compromettre la cohésion sociale et le soutien au projet européen. La CES a donc demandé au Conseil européen de changer de cap et d’engager un plan de relance européen audacieux avec un objectif d’investissement de 2% du PIB européen par an sur dix ans ; l’objectif étant de relancer l’économie en vue d’une croissance durable, d’une réindustrialisation de l’Europe et de la création d’emplois décents. Pour le mouvement syndical européen, c’est le seul moyen de donner une nouvelle direction au projet européen et de montrer que l’Europe défend le progrès social et n’attaque pas les droits sociaux. Bien entendu, la délégation de la CES qui a pris part au Sommet social pour la croissance et l’emploi qui regroupe le Conseil, la Commission et les partenaires sociaux, a insisté sur cette revendication prioritaire mais aussi sur la nécessité de droits égaux pour tous les travailleurs afin de combattre le dumping social, sur l’impératif de mettre fin à la dérégulation et aux attaques contre les droits des travailleurs, sur le caractère indispensable d’introduire des indicateurs sociaux contraignants dans la gouvernance économique de l’Union.

Le communiqué diffusé par la CES suite au Conseil européen est extrêmement critique : les conclusions du Conseil n’offrent aucune perspective de réorientation des politiques économiques vers plus d’égalité, moins de pauvreté, vers des investissements à long terme pour une croissance durable et des emplois de qualité

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa