Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
664

PLF 2014 : un chemin de crête étroit entre rigueur et austérité

mardi 8 octobre 2013

L’UNSA a examiné le très difficile exercice que représente le projet de loi de finances 2014. Si les objectifs affichés sont les bons (cap sur la croissance et l’emploi), l’analyse de l’assemblage budgétaire pour y parvenir n’est pas sans interroger.

En matière d’équilibres macro-économiques et budgétaires, le 0,9 % d’hypothèse de croissance retenue semble plausible. Mais la volonté de réduire les déficits via une économie de 15 milliards sur les moyens affectés aux opérateurs et administrations publics et en maintenant le blocage salarial dans la Fonction publique, ne sera pas sans effets, dont certains pourraient s’avérer contreproductifs en matière de croissance. La dépense publique n’est pas qu’un coût. Elle est aussi un puissant levier pour maintenir la cohésion sociale et agir économiquement, a fortiori en période de crise. Le service public, facteur d’égalité et de liberté, ne peut davantage être mis en difficulté.

Au total, le chemin de crête entre rigueur et austérité sur lequel s’aventure le PLF 2014 est étroit. L’UNSA estime que les efforts pour l’emploi, la croissance et la lutte contre la fraude et les inégalités sont encore insuffisants. Elle observe que la répartition des efforts demandés est déséquilibrée dans le projet de loi de finances. Elle mettra beaucoup les ménages à contribution, les entreprises étant nettement moins sollicitées. La consommation, outil traditionnel de reprise en France, va être fortement touchée.

Par ailleurs, l’accumulation de mesures fiscales de natures différentes va venir complexifier un peu plus un système fiscal hétérogène, peu compréhensible et trop peu redistributif. Cela renforce le besoin d’une véritable réforme fiscale, facteur d’égalité et de justice, relégitimant auprès des citoyens le consentement à l’impôt.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa