Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
664

Plateforme RSE (responsabilité sociétale des entreprises)

mardi 8 octobre 2013

La plateforme RSE, mise en place par le premier ministre, s’est réunie le 1er octobre 2013. L’UNSA, membre de cette plateforme RSE, est représentée par Saïd Darwane et Christine Dupuis. La plateforme est organisée en cinq pôles : « pôle des organisations du monde économique » ; « pôle des organisations syndicales de salariés », « pôle des organisations de la société civile » ; « pôle des organisations expertes » ; « pôle des institutions publiques ».

Six thèmes de travail avaient été discutés lors de cette réunion : « RSE, compétitivité et développement durable - l’enjeu des PME » ; « une gouvernance adaptée pour la RSE » ; « intégrer les principes internationaux sur la responsabilité des entreprises et autres organisations vis-à-vis de leurs fournisseurs et de leur sphère d’influence dans les normes françaises » ; « faire de l’investissement responsable un levier de pénétration de la RSE » ; « améliorer la transparence des entreprises et autres organisations » ; « une stratégie nationale pluri acteurs, formalisée dans un plan national RSE, pour promouvoir la vision française dans les négociations internationales ».

Pour l’UNSA, la RSE doit traduire la prise de conscience des entreprises grandes comme petites des enjeux sociaux et environnementaux dans leurs activités. L’entreprise évolue dans un environnement qui englobe de nombreux acteurs qui sont autant de parties prenantes de son activité, elle doit rechercher une performance non seulement économique, mais aussi sociale et environnementale en évaluant les attentes des ses différentes parties prenantes (salariés, clients, consommateurs, distributeurs, collectivités, ONG environnement, droit de l’Homme, etc.). Les salariés ne sont pas seulement qu’une partie prenante parmi d’autre, ils participent à la bonne marche de l’entreprise et à sa performance, ils doivent donc être considérés avant toutes les autres parties prenantes à travers ses institutions représentatives (IRP) qui aujourd’hui sont écartées des plans RSE. Il faut donc replacer à tous les niveaux les IRP au cœur du processus car elles seront en capacité de faire des propositions et d’apporter leur contribution sur l’ensemble des pratiques de l’entreprise.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa