Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
664

Garantie jeune : une mesure qui va dans le bon sens

mardi 8 octobre 2013

Plus de 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en formation, ni à l’école. Plus de 200 000 jeunes sortent chaque année du système éducatif sans diplôme. On estime que 20% de cette population vit sous le seuil de pauvreté. Face à ce constat, le gouvernement va expérimenter, dans 10 territoires, la garantie jeune.

Ce nouveau dispositif réservé aux jeunes âgés de 18 à 25 ans, ni en emploi, ni en formation, ni à l’école, a pour objectif de sécuriser les parcours des plus précaires. Il est construit sur la base d’un engagement réciproque – Mission locale/jeune – où tout jeune en accompagnement personnalisé se verra proposer des expériences professionnelles, et/ou de formations, en contrepartie d’une allocation mensuelle de 486 euros. Une commission sous l’égide du préfet aura pour mission notamment de repérer les jeunes précaires et de les suivre jusqu’à leur sortie du dispositif.

Pour l’UNSA, ce dispositif, loin d’être de l’assistanat, répond à une attente forte de la jeunesse. Cet outil doit permettre de lutter efficacement contre la précarité dont les jeunes sont les premières victimes tout en leur donnant des armes pour faciliter leur insertion professionnelle.

L’UNSA regrette que la première année seulement 10.000 jeunes puissent bénéficier de la garantie jeune. L’UNSA restera vigilante quant à l’extension de ce dispositif à l’ensemble du territoire national d’ici à 3 ans. L’UNSA déplore que les organisations syndicales ne soient pas partie prenante de ce projet. En effet, puisqu’il implique fortement les entreprises et la formation professionnelle, il semblerait logique que les organisations syndicales soient intégrées dans sa mise en œuvre et son suivi.

Quoiqu’il en soit, l’UNSA s’engagera pleinement dans la réussite de ce dispositif.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa