Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
608

L’UNSA conteste les recommandations de la Commission européenne

lundi 4 juin 2012

La Commission européenne vient de publier ses recommandations sur le programme national de réforme (PNR) de la France pour 2012 et sur le programme de stabilité pour la période 2012-2016. Uniquement préoccupée par une réduction drastique des dépenses publiques, elle demande un nouveau tour de vis. La Commission persiste et signe pour une stratégie perdante. L’UNSA conteste ces recommandations car si une maîtrise des dépenses est nécessaire, un plan de relance européen par l’investissement est indispensable.

La Commission trouve les prévisions macroéconomiques avancées par notre pays trop optimistes. Elle doute que la France soit capable de corriger le déficit excessif pour revenir à 3% en 2013 « à moins que les mesures prévues soient suffisamment précisées et que des mesures complémentaires soient prises en tant que de besoin ». Ainsi, la réforme des retraites de 2010 ne serait pas suffisante pour atteindre l’équilibre du système d’ici à 2018 car, et c’est un comble, les chiffres de l’emploi et de la croissance pourraient être inférieurs aux prévisions.

Pour l’UNSA, l’austérité prônée par la commission est une impasse et sans relance économique européenne, il est sûr que la situation va encore se dégrader. La Commission pointe le système des allocations de chômage pour les travailleurs plus âgés (durée, absence de dégressivité) qui risquent de constituer des incitations limitées au travail. Elle considère que la France ne s’attaque pas au problème de la segmentation du marché du travail et l’incite à revoir certains aspects de la législation en matière de protection de l’emploi. Elle s’inquiète de l’évolution du salaire minimum qu’elle a déjà jugé trop élevé. Pour la Commission, l’augmentation des coûts salariaux unitaires, en particulier, a pesé lourdement sur la rentabilité des entreprises. Elle estime positive l’augmentation de la TVA de 1,6 point décidée par le gouvernement précédent et affirme qu’il convient d’intensifier la concurrence dans un certain nombre d’industries de réseau.

En conclusion, hormis quelques préconisations positives, la Commission fait toujours appel aux mêmes recettes inspirées par l’austérité. Avec la CES, l’UNSA revendique un changement de cap. Après la réunion extraordinaire des chefs d’Etat ou de gouvernement du 23 mai dernier sur la croissance, nous restons mobilisés pour le Conseil européen de la fin de ce mois qui sera décisif quant à l’orientation future de l’Europe.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa