Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
597

L’UNSA a participé au 8ème congrès de l’Union Nationale Lycéenne

mardi 20 mars 2012

Devant près de 380 délégués, Victor Colombani, président de l’Union Nationale Lycéenne, a dénoncé le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce qui se traduit par des classes de 25 à 38 élèves, la suppression des IUFM ou encore la loi Carle qui a permis le transfert de budget de l’école publique vers l’école privée, réaffirmant ainsi l’attachement fort de l’UNL à la laïcité.

Ce week-end s’est déroulé le 8ème congrès de l’UNL (Union Nationale Lycéenne) à Bobigny. Dominique Corona, secrétaire national en charge des jeunes, Patrick Gonthier, secrétaire général d’UNSA Éducation, Laurent Escure, secrétaire national du SE-UNSA, Philippe Tournier, secrétaire général du SPDEN ont participé aux travaux.

Devant près de 380 délégués, Victor Colombani, président de l’UNL a dénoncé avec vigueur dans son discours introductif le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce qui se traduit par des classes de 25 à 38 élèves, la suppression des IUFM ou encore la loi Carle qui a permis le transfert de budget de l’école publique vers l’école privée, réaffirmant ainsi l’attachement fort de l’UNL à la laïcité.

Dans les tous prochains jours, l’UNL interpellera les candidats à l’élection présidentielle autour de ses revendications, telles que :
- plafonner par classe le nombre d’élèves, à 25 en lycée général, à 20 en lycée professionnel et technologique,
- diversifier les méthodes d’enseignement en favorisant ces heures en petit groupe,
- rendre la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans,
- plafonner à 6 heures de cour maximum les journées. Ce congrès a démontré combien l’UNL était une organisation dynamique avec laquelle l’UNSA entretient depuis toujours des relations suivies.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa