Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
595

Traité européen : refus d’inscrire dans le marbre l’austérité budgétaire

lundi 5 mars 2012

L’UNSA, avec la CES, dénonce la signature, le 2 mars dernier, par 25 États de l’Union européenne du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire. Par ce traité, 25 chefs d’État ou de gouvernement ont inscrit dans le marbre l’austérité budgétaire, la surveillance et la discipline ainsi que les sanctions automatiques. Cette politique conduit tout droit l’Europe à la récession, au chômage de masse notamment celui des jeunes, à une remise en cause du modèle social européen. Nous n’acceptons pas cette Europe de la régression sociale.

Au même moment, le Conseil européen s’est penché sur la croissance et l’emploi après celui du 30 janvier dernier qui n’avait rien donné de concret. Malgré la journée d’action européenne du 29 février et le sommet social du 1er mars au cours duquel la CES a insisté sur la nécessité d’une politique d’investissements pour créer des emplois décents, les chefs d’État ou de gouvernement ont donné une nouvelle fois la priorité à « l’assainissement budgétaire » sur le besoin de stimuler la croissance et l’emploi. Certes les chefs d’État ou de gouvernement ont relevé justement que les États membres doivent progresser plus vite sur la voie des objectifs de la stratégie Europe 2020 mais l’engagement renouvelé en faveur de politiques d’austérité jette un sérieux doute sur cette volonté. L’UNSA revendique des mesures énergiques pour atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020 notamment un taux d’emploi de 75% et une réduction de la pauvreté d’au moins 20 millions de personnes.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa