Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
584

Non à la réduction des indemnités journalières

mardi 6 décembre 2011

Après moult péripéties, le gouvernement a décidé de ne pas édicter un quatrième jour de carence pour les salariés du privé en arrêt maladie, mais de diminuer le plafond du montant maximal des indemnités journalières. Jusqu’à présent, ce plafond correspondait à 50% du plafond de la sécurité sociale soit actuellement une IJ maximum à 48,43 €. Il passera à 50% de 1,8 SMIC soit une IJ maximum à 41,24 €. L’UNSA dénonce cette mesure qui revient à faire payer les malades, en dehors donc de toutes solidarités des bien portants vers les malades.

A l’instar des franchises et autres forfaits, la décision gouvernementale correspond à une double peine : en plus de la maladie, l’appauvrissement ou le refus de soins. Par ailleurs, cette décision va à l’encontre de ce qui fait l’essence de notre système de sécurité sociale : chacun participe selon ses moyens et reçoit selon ses besoins. Les cotisations d’assurance maladie, CSG ou cotisations patronales ne sont assujetties à aucun plafond, il doit donc en être de même des prestations. L’UNSA met en garde contre un raisonnement simpliste qui ferait évoluer les prestations en fonction des revenus. Le risque d’éloignement des salariés les plus aisés des systèmes de solidarité pourrait, à terme, remettre en cause les principes même de la solidarité.

Dans le même temps, le gouvernement décide de maintenir un jour de carence pour les fonctionnaires. L’UNSA rappelle son opposition à cette mesure. Rappelons que cette mesure constituera une économie pour l’État et n’améliorera pas les finances de l’assurance maladie, l’État étant son propre assureur.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa