Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
566

Travail des enfants : le retour

mardi 21 juin 2011

L’Organisation Internationale du Travail le 12 juin, à l’occasion de la journée mondiale contre le travail des enfants, demandait des mesures d’urgence pour éradiquer ce fléau. En France, dans le même temps, une proposition de loi concernant le développement de l’alternance fait voler en éclats l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans instituée en 1959 et réinstaure « le travail des enfants » avec la possibilité d’entrée en apprentissage à l’âge de 14 ans. Le parallèle peut paraître exagéré certes mais la démarche n’est pas si éloignée.

Les protagonistes de cet amendement, qui réactualise peu ou prou « l’apprentissage junior » de 2006 dans cette proposition de loi, vont jusqu’à justifier leur démarche par une possible discrimination entre les jeunes dans l’accès à l’apprentissage. Pourquoi peut-on y entrer par dérogation à 15 ans et pas à 14 ? Et pour parachever le tout, un autre amendement veut autoriser par la loi l’accessibilité des mineurs aux machines dangereuses, les dérogations semblant trop compliquées dans leur fonctionnement.

Serions-nous devenus « fous » ? Ne pourrions-nous pas avoir une réflexion de fond sur cette voie en alternance et sur les missions de service public que doit assurer notre école républicaine pour tous les jeunes ? Arrêtons de diviser, de stigmatiser. Essayons plutôt de rassembler dans une réflexion globale où chacun pourrait trouver sa place. L’UNSA a toujours défendu le droit à l’éducation et les différentes voies de formation telles que la voie de formation en alternance, sous statut scolaire ou sous contrat de travail. L’acquisition par tous d’un socle commun de connaissances et de compétences est indispensable. Des liens avec le monde de l’entreprise sont également nécessaires et obligés. Les jeunes et leurs parents demandent à percevoir le lien formation emploi indispensable pour se projeter dans l’avenir. Donnons-leur la possibilité d’un choix effectué en toute connaissance de cause et non pas celui d’une orientation précoce et subie, dictée par une temporalité et une volonté politique du chiffre qui ne sert ni l’avenir de nos jeunes ni l’avenir de notre pays.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa