Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
566

Les travaux de la 100ème Conférence de l’OIT pour plus de justice sociale

mardi 21 juin 2011

Ouverte le 1er juin sur le thème « une nouvelle ère de justice sociale », la 100ème Conférence Internationale, où l’UNSA était représentée, a adopté après trois semaines de travaux une norme pour garantir les droits des travailleurs domestiques. Le principe d’une recommandation sur le socle de protection sociale et le renforcement de l’inspection du travail font aussi partie des conclusions adoptées par la Conférence.

Reconnaître l’égalité des droits aux travailleurs domestiques

Les quelques 100 millions de travailleuses et travailleurs domestiques à travers le monde, principalement des femmes, des jeunes filles et beaucoup de migrants, vont enfin avoir droit au travail décent. La convention 189 et la recommandation 201 adoptées par la Conférence leur reconnaissent, les mêmes droits que ceux des autres travailleurs : des horaires de travail raisonnables, un repos hebdomadaire d’au moins 24 heures consécutives, une limitation des paiements en liquide, une information claire sur les termes et les conditions d’embauche ainsi que le respect des principes et droits fondamentaux au travail, y compris la liberté d’association et le droit à la négociation collective.

Établir la sécurité sociale pour tous

La sécurité sociale est un outil puissant et abordable pour promouvoir la croissance économique, réduire la pauvreté et diminuer l’impact des crises. Alors que seuls 20% de la population mondiale en âge de travailler ont accès à des systèmes complets de sécurité sociale, la Conférence a débattu sur les moyens d’établir la sécurité sociale pour tous. Elle a adopté le principe d’une recommandation. Celle-ci fournirait des orientations aux États Membres de l’OIT pour élaborer une stratégie d’extension de la sécurité sociale qui soit compatible et complémentaire avec des stratégies nationales concernant l’emploi et les questions économiques et sociales. Cette recommandation devrait être inscrite à l’ordre du jour de la session 2012 de la Conférence.

Renforcer l’administration et inspection du travail

L’inspection du travail est l’une des fonctions essentielles d’un système d’administration du travail. Elle a toujours été au cœur du mandat de l’OIT, dès la création de l’Organisation en 1919. Mais l’inspection du travail ne dispose pas toujours des moyens nécessaires à son action, notamment en période de crise. Les conclusions adoptées par la Conférence rappellent que l’inspection du travail doit être une prérogative publique agissant en conformité avec les normes internationales du travail. Les États Membres devant inscrire dans leurs budgets des ressources suffisantes pour concevoir et mettre en œuvre des programmes de formation destinés à relever le niveau de compétence technique, à renforcer l’éthique et à assurer l’indépendance des inspecteurs du travail.

La Conférence, seul forum mondial de l’économie réelle

L’OIT est la seule institution internationale qui permet de réunir annuellement plus de 4000 représentants des gouvernements, travailleurs et employeurs des 183 États Membres. Lors de cette session sont notamment intervenus la Chancelière allemande, le Premier ministre russe et les présidents et présidentes de Finlande, d’Indonésie, de Tanzanie, de Suisse. La Conférence permet de vérifier les convergences à l’échelle de la planète pour promouvoir le travail décent, mais aussi les divergences pour réguler la mondialisation. Un projet de résolution sur la cohérence du système multilatéral, présenté par la Suisse et soutenu par la France n’a pu être débattu. La question est renvoyée au Conseil d’administration de l’OIT.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa