Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
566

L’UNSA a voté l’avis du Conseil économique social et environnemental sur la dépendance

mardi 21 juin 2011

Parce qu’il formule clairement que la perte d’autonomie ne doit pas être du ressort des seules victimes et de leurs familles. Parce qu’il énonce que sa prise en charge doit être socialisée, et parce qu’il précise qu’il s’agit donc bien de bâtir un droit universel à la compensation de la perte d’autonomie avec un financement conçu à cet effet, le jeudi 15 juin 2011, l’UNSA a voté l’avis du CESE sur la dépendance des personnes âgées.

Dans le cadre du débat sur la dépendance, le Premier ministre a saisi le Conseil économique social et environnemental pour se prononcer sur cet enjeu majeur et fondamental que constitue la place que nous voulons donner à nos aînés dans notre société. Il s’agit de trouver une réponse collective à des besoins particuliers de prise en charge, d’accompagnement et de soins de personnes en situation de perte d’autonomie.

En présence de Madame Roselyne Bachelot, les rapporteurs ont présenté les travaux de la commission temporaire mise en place à cet effet. L’UNSA a déclaré partager les préconisations du rapport concernant l’instauration d’une taxe sur l’ensemble des mutations à titre gratuit, l’alignement du taux plein de la CSG des pensions de retraite les plus élevées sur celui des actifs et le relèvement des plafonds des plans d’aides. Cependant, l’UNSA a déclaré que ces mesures ne seront pas totalement suffisantes et a souhaité un recours modéré à la CSG pour répondre à cette problématique dans un esprit de justice et d’équité sans pour autant menacer l’activité économique.

L’UNSA a approuvé les propositions visant à renforcer l’information et la prévention. Cet investissement aura des conséquences positives en termes de rentabilité et sur le bien-être des personnes.

L’UNSA considère comme les rapporteurs que des aménagements en matière d’accessibilité, de sécurisation et de modification des locaux doivent être réalisés. De même, des personnels formés et reconnus pour réaliser les soins, les tâches ménagères doivent être mises en place. Les métiers doivent être valorisés, mieux rémunérés et faire l’objet de formation conduisant à des qualifications pour leur reconnaissance.

En conclusion, si le projet d’avis ne reprend pas toutes ses préoccupations, l’UNSA a constaté que le dispositif s’organisait autour de la personne en situation de dépendance et a décidé de voter le rapport.

http//www.lecese.fr

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa