Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
565

L’OIT réclame des mesures d’urgence contre le travail des enfants

mardi 14 juin 2011

Le 12 juin, à l’occasion de la journée mondiale contre le travail des enfants, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a réclamé des mesures d’urgence pour éradiquer les pires formes de travail des enfants. Par ailleurs, la Conférence Internationale du Travail (1er au 17 juin à Genève), s’apprête à adopter une norme pour protéger les travailleurs domestiques ainsi que des conclusions pour renforcer l’inspection du travail. Les délégués poursuivent les discussions sur la sécurité sociale et examineront la question des discriminations au travail et le rapport annuel sur la situation dans les territoires arabes occupés.

Lutter contre le travail dangereux des enfants

Le rapport du Bureau International du Travail (BIT) publié à l’occasion de la journée mondiale du travail révèle que sur les 215 millions d’enfants soumis au travail dans le monde, la moitié d’entre eux font des travaux dangereux. Les pires formes de travail sont en augmentation de 20% entre 2004 et 2008 pour les enfants âgés de 15 à 17 ans. Si c’est en Afrique subsaharienne, en Asie et dans le Pacifique que l’on recense le nombre le plus élevé d’enfants ayant un travail dangereux, les chiffres indiquent qu’en Europe et aux États Unis les enfants ont un taux d’accidents et de mortalité au travail plus élevé que celui des adultes.

Garantir la dignité pour les travailleurs domestiques

Après une première lecture en juin 2010, la Conférence doit adopter avant la fin de ces travaux une convention et une recommandation sur le travail décent des travailleuses et travailleurs domestiques. Ces instruments permettront de reconnaitre aux 100 millions de travailleurs de ce secteur les mêmes droits que les autres travailleurs, de sortir nombre d’entre eux de la pauvreté et de certaine formes d’esclavages.

La sécurité sociale pour tous

Alors que la crise a mis en évidence le rôle de stabilisateur économique et de paix de la protection sociale, seulement 20% de la population mondiale en âge de travailler ont accès à des systèmes complets de sécurité sociale. La Conférence étudie donc les moyens d’établir la sécurité sociale sous la forme d’un socle abordable et universel permettant de réduire la pauvreté et de favoriser une mondialisation équitable.

La crise a accru les discriminations au travail

La Conférence examine un nouveau rapport global du BIT qui révèle qu’en dépit des progrès constants de la législation antidiscriminatoire, la crise économique et sociale mondiale a accru les risques de discrimination. La montée des populismes constitue un terrain propice à l’éclosion de discriminations.

La situation dans les territoires arabes occupés

Le rapport annuel du BIT indique qu’aucun changement favorable significatif n’est intervenu en ce qui concerne la situation des travailleurs dans les territoires arabes occupés. Pour le BIT, l’occupation israélienne impose des restrictions qui ne laissent pas envisager des changements positifs pour les travailleurs de ces territoires.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa