Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
565

Déficit historique de la sécurité sociale en 2010

mardi 14 juin 2011

Au cours de la commission des comptes de la sécurité sociale du 9 juin, L’UNSA a réagit à l’annonce du déficit de près de 24 milliards d’euros de la sécurité sociale. Vous pouvez lire ci-dessous la déclaration qu’a faite François Joliclerc, secrétaire national, lors de cette réunion.

Mesdames et Messieurs les ministres, Monsieur le secrétaire général,

Les chiffres dont nous avons à connaitre aujourd’hui révèlent un déficit historique de la sécurité sociale à hauteur, pour le régime général, de 23,9 milliards d’euros. Toutes les branches sont concernées même la branche « accidents du travail » qui, par construction, devrait être équilibrée.

S’agissant de la première réunion de la Commission des comptes de la sécurité sociale depuis le vote de la loi portant réforme des retraites, les chiffres démontrent, ce que l’UNSA a toujours affirmé, qu’une réforme était nécessaire. Nous ne pouvons que rappeler, néanmoins, notre opposition à l’injustice de la réforme et à l’absence de mesure pour élargir et pérenniser son financement. La non prise en compte réelle de la pénibilité a été accentuée par les décrets d’application qui durcissent encore les conditions d’accès.

La branche Maladie connait un déficit, avec 11,6 milliards d’euros, de même hauteur que celui de 2004, Rappelons que celui-ci, à l’époque, avait été qualifié d’abyssal et avait amené à un plan drastique d’économie supportée essentiellement par les assurés sociaux. La loi de 2004 n’a donc permis que de franchir quelques années.

Tout nous laisse à penser que, après les discours apaisants d’aujourd’hui, et une fois les élections passées, une réforme d’ampleur sera envisagée l’an prochain. L’UNSA souhaite que les assurés sociaux ne soient pas les victimes de cette réforme à venir. Cela engendrerait encore plus d’exclusion de notre système de soins. Dès aujourd’hui, et à l’heure où se déroule des discussions conventionnelles avec les professionnels de santé, l’UNSA sera vigilante pour que ces négociations n’aboutissent pas à des dépenses supplémentaires. Les salariés, dont le pouvoir d’achat est bloqué, voire diminue, les fonctionnaires dont les salaires sont gelés, refuseront de les financer. Nous n’accepterons pas la création d’une option nouvelle de rémunération qui permettrait, si elle n’était pas fortement encadrée, l’autorisation pour l’ensemble du corps médical à pratiquer des dépassements d’honoraires. Concernant ces dépassements d’honoraires, en augmentation constante, l’UNSA demande que le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2012 les encadre fortement pour qu’il reste dans la limite du tact et de la mesure.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa