Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
562

Au congrès de la CES : unité du syndicalisme européen, mobilisation pour l’Europe sociale

lundi 23 mai 2011

L’UNSA a participé au 12ème congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui s’est réuni à Athènes du 16 au 19 mars dernier. Dans un contexte extrêmement difficile, le congrès a fait la preuve de la grande volonté d’unité du syndicalisme européen. La nouvelle secrétaire générale, Bernadette Segol, a confirmé l’engagement de la CES en faveur de la construction européenne, tout en étant très critique sur les orientations actuelles de l’UE. L’attachement de la CES à l’Europe sociale, au dialogue social et à l’autonomie de négociation des partenaires sociaux a été réaffirmé. Le nouveau secrétariat de la CES, féminisé et rajeuni, a recueilli le soutien massif des délégués pour engager une nouvelle phase du syndicalisme européen.

Les 1000 délégués venus de 36 pays et représentant 83 syndicats affiliés ont approuvé la résolution générale « Stratégie et Plan d’action 2011-2014 / Mobilisation pour l’Europe sociale ». Cette résolution est résumée dans « Le Manifeste d’Athènes » qui souligne que le problème essentiel pour les syndicats européens résulte du choix de l’austérité opéré par les États membres et la Commission européenne. Ce choix se traduit par une forte pression sur les salaires, les services publics, la sécurité sociale, les pensions, les conditions de travail et de vie. Les mesures d’économie drastiques imposées en Grèce, en Irlande et au Portugal ont aggravé la situation et ces pays font face à une période prolongée de récession. Le risque est réel de voir des États membres et leurs populations s’enfoncer davantage dans la crise, mettant ainsi l’Union européenne (UE) en grand danger. La CES exige donc un changement radical d’orientation de l’UE afin qu’elle apporte notamment une aide effective aux pays en difficulté. Elle affirme que le Pacte euro-plus est totalement inacceptable et qu’elle fera campagne pour s’y opposer. La CES s’engage à se battre pour un « New Deal » européen et pour une gouvernance économique européenne au service des peuples. D’ailleurs, le congrès a adopté une résolution d’urgence pour appeler le Conseil des ministres de l’économie et des finances des États membres (Ecofin) réuni au même moment à changer de politique immédiatement. La Grèce a en effet besoin de perspectives de croissance et de développement, et pas d’austérité. Le congrès a affirmé sa pleine solidarité et son soutien aux travailleurs et aux syndicats grecs et d’autres pays qui sont soumis aux programmes d’austérité. D’autre part, une journée de mobilisation européenne est programmée pour le 21 juin avec une euromanifestation à Luxembourg.

Le secrétaire général de l’UNSA, Luc Bérille, a pris la parole au nom de la délégation commune CFDT-UNSA pour insister sur la nécessité d’une gouvernance économique et d’un salaire décent pour tous les travailleurs européens. François Chérèque, son homologue de la CFDT, a participé à une table ronde sur les jeunes, également au nom des deux organisations.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa