Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
557

Accord emploi des jeunes : premier volet positif

mardi 19 avril 2011

Le premier volet de la négociation interprofessionnelle sur l’emploi des jeunes vient de se clore par la conclusion d’un accord. Celui-ci prévoit un accompagnement individuel renforcé en 2011 pour 65.000 jeunes ayant des difficultés d’accès à l’emploi, en privilégiant l’alternance ou la POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi). L’UNSA se félicite qu’une telle négociation ait pu aboutir en s’attaquant concrètement à la situation des jeunes les plus en difficulté.

L’accord vise en priorité trois publics cibles :

- 20.000 jeunes sortis du système éducatif sans qualification ou sans diplôme, appelés les « décrocheurs ». Ils seront suivis par les missions locales,
- 20.000 jeunes qui ont une qualification reconnue niveau bac ou inférieure et qui ont des difficultés à trouver un emploi. C’est Pôle emploi qui aura la charge de les suivre.
- 25.000 jeunes ayant intégré un cursus dans l’enseignement supérieur mais qui ont des difficultés à trouver un emploi, public qui sera suivi par l’APEC.

Le coût total de ces mesures s’élèvera en 2011 à 80 millions d’euros dont 60 millions proviendront du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels et 20 millions des fonds de réserves de l’APEC.

Afin de tenir les objectifs en termes d’accompagnement dans l’accès à l’emploi, l’accord prévoit de réserver 30.000 préparations opérationnelles à l’emploi aux jeunes de moins de 30 ans.

De plus, l’accord demande au Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels de réserver aux jeunes de moins de 30 ans une part significative de l’enveloppe pour des actions de formations pour la lutte contre l’illettrisme.

Pour l’UNSA, le problème de l’emploi est central, pour les salariés comme pour l’ensemble de notre société.

La conclusion d’un accord paritaire sur l’accès des jeunes à l’emploi est donc un acte positif. Le ciblage en particulier de ces trois publics nous apparaît comme pertinent. Le suivi de la mise en place de cet accord sera primordial. Il sera nécessaire de veiller à ce que l’APEC, les misions locales et Pôle emploi aient les moyens humains et matériels de mettre en place l’ensemble des mesures négociées. Pour l’UNSA, l’État devra aussi prendre toute sa place dans ce projet.

L’UNSA regrette que les problèmes de discriminations, dont sont très souvent victimes les jeunes des quartiers populaires, n’aient pas été pris en compte.

Il faut maintenant aller plus loin dans la négociation en abordant les problèmes de formation, d’orientation, et d’insertion.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa