Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa

UNSA-Info n°896

  • Des mesures immédiates, enfin, des suites encore à garantir

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    L’UNSA a pris connaissance de l’intervention du Président de la République.

    Elle prend acte de l’annonce de mesures à effet immédiat en 2019, qui s’ajouteront à l’annulation de la taxe sur les carburants déjà décidée : augmentation mensuelle du SMIC de 100 € à travers la prime d’activité, défiscalisation et désocialisation des heures supplémentaires ainsi que des primes de fin d’année pour les entreprises qui pourront en verser, annulation de la hausse de CSG pour les retraités en dessous du plafond de 2000 €.

    L’UNSA avait revendiqué des mesures nouvelles et d’application immédiate, visant explicitement le pouvoir d’achat. Elle constate que les annonces vont dans ce sens. Elle s’inquiète cependant, alors que le pouvoir d’achat est en berne pour tous, que les agents publics n’aient pas été cités, alors que 46 % d’entre eux, de catégorie C, ont une rémunération tangentant le SMIC, quand elle ne lui est pas inférieure. L’UNSA s’interroge également sur les effets sur la protection sociale de l’exonération de cotisations sociales.

  • Tribune : Reconstruire le pacte démocratique pour bâtir une société plus juste

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    Les places de la République est un collectif regroupant des syndicats de travailleurs et d’étudiants, des associations de l’éducation populaire, de défense de l’environnement et de lutte contre l’exclusion, et des mutuelles.

    Organisations signataires :

    CFDT, CFTC, UNSA, la Mutualité française, Le mouvement associatif, France Terre d’Asile, FNE, FNH, FAS, FAGE, le Pacte civique, ATD Quart Monde, la Ligue de l’enseignement, la Fédération nationale des Francas, l’UNIOPSS, le Secours Catholique-Caritas France, Le Réseau Action Climat, Agir pour l’Environnement, Le CLER-Réseau pour la transition énergétique, Virage Energie, Alofa Tuvalu , WECF (Women In Europe for a Common Future), Le CCFD-Terre solidaire, Le GERES, Alisée Maitrise de l’Energie énergies renouvelables, Solidarité laïque

    Nous, associations syndicats et mutuelles de ce pays, affirmons qu’aujourd’hui chacun a le devoir de contribuer à l’apaisement, à commencer par tous les responsables politiques et acteurs sociaux du pays. Mais c’est d’abord au gouvernement qu’il incombe de trouver une issue rapide à la crise.

    C’est d’autant plus de sa responsabilité que, malgré nos demandes et nos avertissements répétés, il n’a su ni réduire les inégalités ni revivifier la démocratie ni s’engager pleinement dans la transition écologique. Au contraire, il est resté prisonnier des pratiques politiques anciennes, concentrant le pouvoir et confisquant les marges de manœuvre. En marginalisant les corps intermédiaires il s’est aussi coupé du pays et a rendu le dialogue impossible.

    Nous condamnons sans réserve les violences qui dénaturent le mouvement des gilets jaunes, parce qu’elles font peser une menace majeure sur notre pacte républicain. La démocratie est notre bien commun, mais là où l’emportent l’invective, l’intimidation, l’intolérance, l’agression des personnes et des biens, il ne peut y avoir de démocratie. La colère doit être entendue, mais la haine qui est en train de se développer dans notre pays constitue pour lui un poison mortel.

  • Réforme des retraites : nouvelle et dernière rencontre pour 2018…

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    Luc Bérille, Secrétaire général, Dominique Corona, Secrétaire national en charge de la protection sociale et Annick Fayard, Conseillère nationale en charge des retraites ont été reçus par Jean-Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la Réforme des Retraites.

    Cette rencontre avait pour objectif d’évoquer l’architecture financière de l’éventuel futur système universel de retraite.

    Lors de cette rencontre, le HCRR a rappelé qu’aujourd’hui le financement de notre système provient pour 80 % des cotisations sociales (255 milliards d’euros), dont 39 milliards d’euros de cotisations de l’État employeur, s’y ajoute 11% (36 Milliards d’euros) provenant des impôts et taxes affectées. Concernant les prestations, le système de retraite reverse 315 Md€ au titre des pensions.

    Les éléments de solidarités représentent, quant à eux, 20 % du montant global de ces prestations.

  • CNEFOP : un point d’étape sur le PIC et de nouveaux décrets…

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    Le 4 décembre dernier, le CNEFOP s’est ouvert sur une intervention du Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, Jean Marie Marx, suivie par l’examen de 8 nouveaux décrets relatifs à la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».

    Jean Marie Marx a rappelé dans son propos, l’architecture générale du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), insistant sur l’importance de l’enveloppe à destination des régions dotée de 7 milliards qui devrait permettre de renforcer les actions existantes et d’en financer de nouvelles par le biais d’ appels à projets.

    Parmi les premiers lancés, « 100 % inclusion » axé fortement sur l’accompagnement a permis de retenir six projets à caractère innovants avec un partenariat riche et diversifié : organismes de formation, bailleurs sociaux, associations sportives…

    Deux nouveaux sont en cours l’un pour les réfugiés, l’autre pour les prépas-apprentissage. Une nouvelle vague en 2019 ciblera les « invisibles » éloignés de l’emploi jeunes et moins jeunes. La volonté de raccrocher l’ensemble de ces publics fragiles est à saluer mais la réussite de ces programmes dépendra de la capacité des acteurs locaux dans leur diversité à se mobiliser notamment autour des bassins d’emploi et des filières.

  • Arrêts maladie, Indemnités Journalières, le vrai faux débat

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    Dans le cadre de la mission conduite sur les arrêts maladie et leur indemnisation, l’UNSA a été auditionnée par messieurs Oustric, Bérard et Seiller. Pour l’UNSA, le débat visant à faire payer un jour de carence à tous les salariés et agents est un faux débat.

    Et pour cause, aujourd’hui en France, ce ne sont pas les arrêts de courte durée qui coûtent cher mais les arrêts de longue durée.

    Selon les chiffres, l’Assurance Maladie reconnait elle-même que 45% des arrêts maladie sont inférieurs à 8 jours et ne représentent que 4% des montants totaux indemnisés quand les arrêts de plus de 6 mois représentent 45% de la dépense totale liée aux IJ.

    Le ou les jours de carence, qu’ils soient harmonisés ou non, n’ont démontré aucune efficacité et ne sont donc que pénalisants pour les malades qui cumulent ainsi une double peine : perte de rémunération et maladie.

    L’UNSA demande donc la suppression des jours de carence pour tous ainsi que de la condition d’ancienneté pour bénéficier du maintien de salaire pour les arrêts de plus de 8 jours.

  • 1948-2018 : la Déclaration universelle des Droits de l’Homme a 70 ans

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    Le 10 décembre 1948 les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale des Nations unies ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris.

    Au moment où le monde est miné par les replis nationalistes, identitaires et où de nombreux pays démocratiques semblent tentés par le populisme, l’UNSA souhaite réaffirmer la pertinence de cette déclaration.

  • Débat : « Quelle réforme des retraites ? »

    10 décembre, par Gilet Jean-Pierre

    La Fondation Jean Jaurès et l’Observatoire du dialogue social organisent

    le 13 décembre, de 18 heures à 20H00

    à la Fondation Jean Jaurès

    12 Cité Malesherbes, 75009 Paris

    « Quelle réforme des retraites ? »

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa