Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
866

Ferroviaire, grève massive : la balle est dans le camp du gouvernement

mardi 3 avril 2018

Le plan national d’action intersyndicale à la SNCF est entré en application avec deux jours de grève, les 3 et 4 avril. Après le coup de semonce du 22 mars, la grève est exceptionnellement massive, attestant de la profondeur de la mobilisation et de l’inquiétude : ainsi, près d’un cheminot sur deux a cessé le travail, dont plus de 3/4 des conducteurs.

Au gouvernement d’en tirer toutes les conséquences en revoyant sa méthode du passage en force via les ordonnances.

L’UNSA Ferroviaire, soutenue par toute l’UNSA, n’a cessé d’argumenter et d’avancer ses propres propositions et revendications dans les discussions en cours avec le ministère des Transports.

De premières réponses ont été apportées le 31 mars par la ministre, Élisabeth Borne : des garanties sociales dans le cadre de l’ouverture à la concurrence devraient être inscrites dans la loi.

Mais d’autres sujets fondamentaux sont encore sur la table, alors même que le projet de loi de réforme du ferroviaire commence son parcours parlementaire à l’Assemblée Nationale : débat en commission du développement durable et de l’aménagement du territoire du 3 au 5 avril, puis passage en séance publique à partir du 9 avril.

La procédure d’urgence ayant été décidée, le texte ira ensuite au Sénat pour une seule lecture. Les cheminots ont besoin de garanties concrètes.

Une réforme complexe, qui bousculera irrémédiablement tout le paysage du transport ferroviaire dans le pays, a d’abord besoin de dialogue et de concertation réels, pas d’un pas de charge : au gouvernement de le comprendre car rien de sérieux ne pourra se faire dans le secteur ferroviaire contre les cheminots qui le font vivre au quotidien.

L’UNSA appelle l’ensemble des salariés à rester solidaires de ce mouvement : le service public de la SNCF est notre bien commun à tous.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa