Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
841

Mobilisation des routiers

mardi 3 octobre 2017

80% des entreprises du secteur routier sont des TPE et des PME.

Dans ces entreprises encore plus qu’ailleurs, des syndicats sont nécessaires pour négocier des accords valables pour tous, car seule une représentation syndicale peut établir un rapport de force favorable aux salariés.

Ces entreprises sont déjà soumises à une forte concurrence déloyale avec, notamment, le cabotage.

Lors de la réunion au ministère des Transports du 28 septembre dernier avec les organisations syndicales représentatives, le gouvernement et les organisations patronales ont remis en cause l’ancienneté, les primes, le 13ème mois.

Dès aujourd’hui, l’employeur pourra réduire les frais liés aux déplacements. Par exemple, un chauffeur dans une entreprise pourra avoir un panier repas de 14€, alors que dans une autre elle ne sera que de 8€.

De même dans telle société, un chauffeur aura un petit déjeuner pour un départ avant 5h du matin, alors que dans telle autre ce sera à partir de 4h.

Tout cela est facilité et induit par les ordonnances qui vont permettre les négociations de primes au niveau des entreprises et plus au niveau des branches.

Si les ordonnances ne sont pas corrigées, ces différences de traitement auront un fort impact sur le niveau de vie des salariés du transport routiers et activités auxiliaires.

Pour toutes ces raisons, devant le risque de régression sociale pour les salariés du transport, après l’action du 25 septembre, l’UNSA Transport reste mobilisée contre des ordonnances déséquilibrées.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa