Unsa-info
La lettre en ligne de l’Unsa
801

COP22 : Mise en place de l’accord de Paris

lundi 14 novembre 2016

La Conférence de Marrakech (COP22), du 7 au 18 novembre 2016, s’inscrit dans la continuité des sommets mondiaux organisés par l’Organisation des Nations unies à la suite de l’adoption du Protocole de Kyoto en 1997 qui ne couvrait que la période 2008-2012. Les modalités d’application de l’accord historique sur le climat signé à Paris lors de la COP21, entré en vigueur le 4 novembre 2016, et l’agenda des négociations font parti de l’agenda de la COP22.

Moins d’un an après l’adoption de l’accord de Paris, 94 pays sur 195 signataires l’ont ratifié et les seuils de 55 pays présentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre requis pour l’entrée en vigueur ont ainsi été franchis plus tôt que prévu. Madame Ségolène Royal, présidente de la COP21 et ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Energie, a déclaré « Nous avons fait en neuf mois, ce qui avait pris huit ans pour le protocole de Kyoto ». Il manque encore quelques grands émetteurs à l’appel : la Russie, l’Australie et le Japon.

Les principaux objectifs de l’accord, validés par les états signataires, sont la définition des règles de transparence entre ces derniers, la montée en puissance de l’aide financière aux pays en développement, l’aide technique pour bâtir des politiques de développement « propre » et la présentation des stratégies nationales à l’horizon 2050. Ces règles de transparence concerneront les informations que les pays devront fournir sur leurs démarches pour limiter leurs émissions, ainsi que la progression des aides financières publiques accordées pour la promotion d’approche et d’investissement « eco-frindly ».

En plus de la transparence, l’accord repose également sur un renforcement des plans d’action de chaque pays qui vont jusqu’en 2025 ou 2030. La question du financement, de son côté, occupera beaucoup de temps. Les cent milliards de dollars par an, prévus à Copenhague en 2009, ne sont pas encore au complet.

L’UNSA se félicite de l’entrer en vigueur de l’accord de Paris et revendique une grande vigilance. Contrairement au protocole de Kyoto, cet accord ne prévoit pas de sanctions pour les pays qui ne respectent pas leurs engagements. Pour ce faire, l’application de « règles de transparence » qui consistent à rendre publics les actions prises et leur bilan doivent être parmi les urgences de l’agenda de la COP22.

| Mentions légales | Archives | Suivre la vie du site | Unsa